Dei ex Machinis

 

Depuis que je suis à la retraite, j’ai passé plusieurs années à écrire un livre sur les racines historiques de l’Intelligence Artificielle en général et de la robotique bio-inspirée en particulier. Intitulé Dei ex Machinis, cet ouvrage décrit les vies et les œuvres des facteurs d’automates et proto-robots dont l’Histoire a conservé la mémoire, ainsi que les « ressorts savants » animant ces machines. Il comprend près de 1000 pages et 400 figures, et couvre une période allant des légendes anciennes jusqu’aux débuts de l’Intelligence Artificielle.

Certains de ces hommes ont marqué l’Histoire par leurs armes, par leurs écrits ou par leur philosophie. Ils ont souvent révolutionné les connaissances scientifiques ou techniques de leur époque. Parfois, ils ont tout su sur tout ; d’autre fois, ils ont été accusés de n’avoir rien compris à rien. Ils ont été charpentiers, horlogers, prêtres, bateleurs, commerçants, entrepreneurs, chercheurs. Il leur est arrivé de côtoyer les rois, les empereurs et les papes ; il leur est arrivé aussi de croupir en prison ou de se suicider. L’un d’entre eux est devenu roi lui-même et un autre est devenu le pape de l’An Mil. Ils sont morts riches et célèbres ou inconnus et ruinés. Cependant, tous sont des êtres exceptionnels qui – parmi de nombreuses autres contributions remarquables à l’histoire des sciences – ont produit des automates légendaires, des automates authentiques, de faux automates, des automates truqués ou de véritables robots. Pourtant, ils connurent souvent des faiblesses typiquement humaines et il reste sur leurs vies et leurs œuvres de nombreux mystères que le lecteur découvrira au fil de ces pages qui couvrent environ trente siècles de notre histoire.

N’ayant pas trouvé un éditeur traditionnel assez fou pour publier un pavé pareil, je l’ai édité en 3 volumes aux Editions du Net — où des extraits en ligne sont disponibles :

Volume I, Volume II, Volume III

On peut également se procurer ce « monument plus durable que l’airain » chez :

Dans ces conditions, il vous devient possible de tout savoir sur la Francine de Descartes, sur le Canard de Vaucanson, sur l’Homme Vapeur de Dederick. Vous pouvez également apprécier les épisodes rocambolesques de Virgile dans le panier, de De Caus à Bicêtre, de la cheminée tournante de Vaucanson. Libre à vous de compatir aux sorts de Bacon et de Faber et de découvrir des personnages aussi captivants que Kircher, Maelzel ou Edison. Enfin – à moins de le faire exprès – vous ne pourrez plus ignorer comment et pourquoi de très nombreux animaux cybernétiques ont précédé la vague actuelle des robots humanoïdes.

Since I retired, I spent several years writing a book on the historical roots of Artificial Intelligence in general and of bio-inspired robots in particular. Entitled « Dei ex Machinis », this work describes the lives and works of  automata and proto-robots designers of whom History has kept memory, as well as the « clever springs » animating these machines. It includes nearly 1,000 pages and  400 figures, and covers a period ranking  from ancient legends to the beginnings of Artificial Intelligence.

Some of these men have marked History by their arms, their writings or their philosophy. They often revolutionized the scientific or technical knowledge of their time. Sometimes, they knew everything about everything; sometimes, they were accused of having understood nothing to nothing. They were carpenters, watchmakers, priests, showmen, traders, entrepreneurs and researchers. Occasionally, they were next to kings, emperors and popes; some rot in prison, others committed suicide. One of them became a king himself, another one became the pope of year 1000. They died rich and famous, or unknown and ruined. They are all exceptional people who – among numerous other outstanding contributions to the history of science – designed legendary automata, real automata, false automata, faked automata or true robots. However, they often experienced the same weaknesses as every human and numerous mysteries still roam about their lives and works, which the reader will discover through these pages covering about thirty centuries of our history.

Having not found a traditional publisher crazy enough to publish such a massive book, I edited it online in 3 volumes at Les Editions du Net (Vol I, Vol II, Vol III). Download links are here.

Now, you may know everything about Descartes’ Francine, about  Vaucanson’s  Duck, about Dederick’s  Steam Man. You can also enjoy the incredible episodes of Vergil in the basket, of De Caus at Bicetre, of the rotating chimney of Vaucanson. You are free to sympathize with the misfortunes of Bacon and Faber and to discover fascinating characters such as Kircher, Maelzel or Edison. Finally – unless on purpose – you cannot ignore how and why many cybernetic animals preceded the current wave of humanoid robots.


Une réponse à Dei ex Machinis

  1. Sayous dit :

    Bonjour,

    Cela fait très longtemps que nous avons été en contact.

    Je vous écris ces lignes car depuis le mois d’avril je présente avec la Maison de la magie de Blois une collection d’automates anciens « Rêves d’automates ».

    Le dossier presse est sur la page de la Maison de la magie :

    – Dossier presse : http://www.maisondelamagie.fr/1064-animations-evenements.htm

    Et le blog : http://automates-boites-musique.over-blog.com/

    Au plaisir de vous voir parmi les visiteurs.

    Cordialement

    Philippe Sayous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *